Crise d’angoisse: 5 solutions méconnues

crise d'angoisse

crise d'angoisse

La crise d’angoisse (ou attaque de panique) peut être considérée comme une mauvaise réaction, une hypersensibilité à une situation (pour essayer de faire simple). Cette situation est ressentie à défaut comme étant une « grande menace » qui va déclencher un stress, une grande peur, une souffrance qui s’inscrit parfois dans la durée.

Les manifestations de l’anxiété peuvent prendre plusieurs formes. Mais au final, elles mettent la personne qui en souffre en difficulté pour vivre une vie normale et gérer ses relations sociales et ses projets. Alors qu’appelle-t-on réellement une crise d’angoisse et quelles sont les techniques pour s’en libérer ?

 

  1. Qu’est-ce qu’une crise d’angoisse ?

 

Ce que l’on nomme une crise d’angoisse aigue (ou attaque de panique) a un caractère intense et se manifeste de façon spontanée, soudaine et elle prend rapidement de l’ampleur. Les définitions décrivent ainsi une crise d’angoisse : elle peut atteindre son pic en moins de 10 minutes et la baisse des symptômes peut intervenir après 30 minutes voire une heure après, offrant un sentiment de soulagement à la personne touchée mais la laissant épuisée, dans un état de vulnérabilité.

 

On désigne ici une phase de craintes ou de malaise intenses durant laquelle au minimum quatre des treize symptômes suivants interviennent de façon brutale, atteignant leur paroxysme, en quelques minutes :

 

  1. Transpiration
  2. Tremblements musculaires
  3. Sensation de souffle coupé ou impression d’étouffement
  4. Sensation d’étranglement
  5. Douleur ou gêne au niveau du thorax
  6. Nausée ou gêne au niveau de l’abdomen
  7. Sensations de vertige ou d’évanouissement
  8. Palpitations ou accélération du rythme cardiaque
  9. Sentiment d’irréalité ou de dépersonnalisation (l’individu est détaché de lui-même)
  10. Peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou
  11. Peur de mourir
  12. Sensations d’engourdissement ou de picotements
  13. Frissons ou bouffées de chaleur

 

On notera que les femmes ont 2 à 5 fois plus de risque de développer des crises d’angoisses que les hommes.

Le danger dans les crises d’angoisses est le passage à la chronicité : sur 15-20 ans le plus souvent avec une alternance de phases d’aggravation et d’accalmies.

 

Par ailleurs, les crises d’angoisse touchent plus souvent les sujets divorcés, les personnes ayant eu une scolarité plus courte ou qui sont sans emploi

 

  1. Comment se manifeste une crise d’angoisse ?

 

Quand une crise d’angoisse survient donc, l’individu va avoir peur de perdre le contrôle et ressentir une peur extrême : en fonction de chacun, cela va s’exprimer de façon différente par des troubles multiples et très variés tant au niveau physique que psychologique. Cela s’exprime alors par des réactions physique et des sensations ou sentiments qui peuvent se cumuler : on peut notamment citer la peur de s’évanouir, de mourir, de perdre l’esprit, d’avoir un malaise cardiaque, le sentiment d’être en grand danger ou le fait d’avoir des sensations loin d’être agréables comme des palpitations, des sueurs, des tremblements, des bouffées de chaleur, mais aussi des douleurs au niveau thoracique ou à l’abdomen, des difficultés à respirer, des malaises ou des étourdissements, des nausées, des vomissements voire des diarrhées… Cette liste de symptômes n’est malheureusement pas exhaustive.

 

Comment se déclenchent ces crises d’angoisse ? Elles peuvent être liées à deux choses : soit cela se manifeste en fonction d’un élément déclenchant (traumatisme, choc émotionnel…) ou de façon spontanée, sans cause apparente. Dans le second cas, son apparition montre souvent une limite aux stratégies de « contrôle » utilisées jusque-là par la personne.

 

Si ces crises d’angoisse se répètent dans le temps, on parle alors de trouble panique.

 

Parmi les complications, on peut notamment citer les risques d’agoraphobie, de dépression et d’addictions diverses et variées. Mais cela peut aussi aller beaucoup plus loin, avec des tentatives de suicide plus élevées, des cas de mortalité cardiaque multipliés par dix et un risque d’AVC onze fois supérieur.

 

  1. Crises d’angoisse : les solutions thérapeutiques

 

Bien sûr, il faut que la personne qui subit ces crises d’angoisse consulte un professionnel pour poser un diagnostic médical et pouvoir être soulagée et suivie. Mais il est souhaitable que le patient apprenne à gérer ses crises d’angoisse sans médicament lorsque cela. Il existe pour cela des thérapies dites alternatives qui peuvent grandement aider les patients qui en souffrent.

 

  • Thérapies Cognitivo-Comportementales (TCC),

 

Les seules psychothérapies à avoir scientifiquement prouvé leur efficacité dans la guérison des troubles anxieux sont les TCC ou Thérapies Comportementales et Cognitives : il s’agit d’une technique de psychothérapie pour le traitement d’un grand nombre pathologies psychiatriques, notamment pour les phobies, troubles anxieux…

 

Plusieurs techniques sont associées :

– information avec toute une phase d’analyse exhaustive du comportement pour identifier les comportements devant être modifiés et repérer les évènements de vie et les schémas cognitifs qui sont à leur origine

– exposition aux sensations physiques (qui sont très redoutés) afin de s’y habituer et de s’en désensibiliser

– thérapie cognitive pour identifier les pensées « non adaptées » et corriger les croyances erronées

– apprentissage du contrôle respiratoire et de techniques de relaxation

Un programme structuré est alors mis en place avec un spécialiste.

 

La pratique de ces TCC requiert en effet une formation mais des ouvrages (livres, CD…) existent sur la relaxation et des exercices de respiration notamment peuvent être pratiqués par chacun à son rythme et selon ses envies. C’est ce que l’on appelle les thérapies self-help.

 

crise d'angoisse

  • Bibliothérapie

Effectivement, de nombreuses personnes souhaitent s’informer et lire des ouvrages pour mieux comprendre leurs difficultés et prendre leur traitement en main. Les lectures peuvent faciliter le rétablissement du patient en activant ses ressources personnelles.

 

  • Mode de vie

Un mode de vie sain est très important pour éviter les tensions et évacuer le stress qui, poussé à l’extrême, peut entraîner ces crises d’angoisse. Il est donc important d’avoir une alimentation équilibrée et variée, afin de ne pas déstabiliser l’organisme : on évite de sauter des repas, de manger des aliments gras qui alourdissent la digestion ou sucrés qui, s’ils donnent un coup de fouet temporaire, apportent aussi excitation et stress.

 

Il est aussi particulièrement recommandé d’éviter les excitants (café, thé en excès, mais aussi alcool, cigarettes…) qui peuvent avoir un côté réconfortant sur le moment mais qui vont accentuer le stress et altérer la capacité à le gérer. Les cigarettes et l’alcool ne vous apprennent en aucun cas à gérer vous-même votre niveau de stress.

 

Une autre chose importante consiste à bien dormir et à s’assurer d’avoir un repos physique et psychologique suffisant pour éviter le surmenage, qui est un terrain prédisposant aux crises d’angoisse.

Le travail de nuit par exemple est propice à l’anxiété et à la dépression (mais aussi aux cancers).

 

En cela, la pratique sportive peut aider à décharger le stress et à s’entretenir. Quel que soit le sport pratiqué (yoga, gym, marche, sports d’endurance…), c’est la régularité de la pratique qui compte pour aider le corps à se muscler et se détendre et à rester dynamique.

 

  • Techniques de respiration

 

L’efficacité d’une thérapie centrée sur la respiration pour réduire les symptômes d’une crise d’angoisse (attaque de panique) a été prouvée. Ces techniques s’intègrent aux T.C.C. (thérapies cognitivo-comportementales) mais peuvent être pratiquer isolément par les personnes. Un travail sur les émotions et pensées anxieuses pourra alors être effectué au même moment.

Cette thérapie centrée sur la respiration a pour objectif de restaurer l’équilibre métabolique et respiratoire qui se produit lors d’une crise d’angoisse. C’est un moyen pour « désamorcer » l’anxiété.

L’idée est donc de faire des exercices de respiration deux fois par jour afin d’éviter les récidives de crises d’angoisse.

 

  • Techniques de relaxation  

 

Le but des techniques de relaxation est de limiter les conséquences du stress en utilisant la relaxation. Il existe plusieurs techniques de relaxation, qui peuvent être combinées :

 

– contrôle de la respiration

– relaxation musculaire

– imagerie guidée, qui vise à l’utilisation mentale d’images et/ou de scénarios apaisants

– concentration sensorielle, qui cible le fait de focaliser l’attention sur des perceptions sensorielles en général visuelles, auditives et tactiles.

 

Enfin, il existe également des associations de patients qui peuvent aider le patient dans l’amélioration de sa santé, dans son cheminement de soins et qui peuvent aussi guider les familles bien souvent en grande détresse.

 

 

Comme on l’a vu, avant d’opter directement pour un traitement médicamenteux (anxiolytiques) ayant un impact non négligeable sur votre santé, d’autres traitements de la crise d’angoisse sont possibles.

Un attitude active de la personne est essentielle pour la guérison des crises d’angoisse. Le médicament anxiolytique seul ne réglera pas le problème.

Agir sur votre mode de vie pourra renforcer votre guérison et la maintenir dans la durée.

Alors n’hésitez pas à découvrir les alternatives possibles de cet article pour en finir avec les crises d’angoisse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *