Le côlon irritable: 6 solutions redoutables !

côlon irritable

côlon irritable

Le syndrome de l’intestin irritable ou syndrome du côlon irritable est un problème fréquent qui touche 10% de la population française. Il se caractérise par des ballonnements, des douleurs abdominales chroniques, de la constipation ou des diarrhées voire les deux symptômes qui peuvent se manifester l’un après l’autre en alternance.

Quelles sont les causes d’apparition du syndrome de l’intestin irritable et comment en limiter les effets, c’est ce que nous vous proposons dans cet article.

 

  1. Qu’est-ce que le syndrome du côlon irritable ?

 

Le syndrome du côlon irritable est aussi appelé syndrome de l’intestin irritable ou trouble fonctionnel intestinal. On parle aussi parfois de colopathie fonctionnelle.

 

Il s’agit d’un trouble du fonctionnement de l’intestin (du côlon ou gros intestin) qui se manifestent comme on l’a vu par des douleurs et de l’inconfort au niveau abdominal, des troubles de la digestion ainsi que par des soucis de transit. Il s’agit d’un diagnostic médical lorsqu’on a été interrogé et examiné par un médecin. Ce syndrome du côlon irritable est très fréquent et bénin, cela n’engage pas le pronostic vital mais peut perturber la qualité de vie.

 

Ce syndrome du côlon irritable correspond à différents symptômes qui peuvent apparaître de façon concomitante :

 

  • Douleurs abdominales

 

C’est certainement le symptôme majeur : il se manifeste en général par des douleurs dans la partie basse de l’abdomen (parfois décrites comme une brûlure, des piqûres ou une « crampe »). Cette douleur peut parfois irradier dans tout l’abdomen, de façon vraiment très intense et gênante.

 

  • Ballonnement et distension abdominale 

 

  • Alternance entre constipation et diarrhée

 

On assiste à une période de constipation qui peut durer plusieurs jours à une autre période de diarrhées qui peut être très gênante. On passe alors d’une fréquence anormalement basse des selles à une trop forte fréquence, qui est encore plus marquée en période de crise douloureuse.

 

Il faut savoir que le syndrome du côlon irritable touche deux fois plus les femmes que les hommes. Par ailleurs, on le diagnostique plutôt chez les personnes entre 30 et 40 ans et plus rarement chez les enfants et adolescents.

 

C’est une affection fréquente qui reste sans gravité. Mais, vu qu’elle est chronique, elle entraîne des désagréments pour les personnes touchées et perturbe leur quotidien et peut même affecter leurs rapports sociaux.

 

Il faut toutefois rappeler que si les symptômes persistent (fièvre, douleurs, nausées, vomissements, troubles du transit, saignements digestifs), il est alors important de s’assurer de l’absence de lésion du côlon en consultant votre médecin car il s’agira d’éliminer un certain nombre de pathologie comme par exemple le cancer du côlon.

 

 

  1. Quelles sont les causes du côlon irritable

 

Le syndrome du côlon irritable semble être lié à différents facteurs, même si les mécanismes semblent encore mal connus.

 

  • Alimentation

L’alimentation arrive en effet dans les toutes premières causes du syndrome du côlon irritable.

L’alimentation mal équilibrée ou en trop grande quantité peut majorer les symptômes

 

  • Motricité intestinale 

Les patients ressentent des contractions intestinales au niveau de l’intestin (côlon et grêle) plus intenses surtout après les repas.

 

  • Facteurs psychologiques

Cela fait toujours débat mais on retrouve très souvent chez ces patients atteints de syndrome du côlon irritable des problèmes psychologiques divers : anxiété, dépression, abus sexuels etc.

 

  • Sensibilité intestinale 

Il semble exister une hypersensibilité de l’intestin chez des ces patients qui ressentent comme douloureux des processus normaux (gaz, contractions normales de l’intestin). On retrouve cela chez 60% des malades.

 

  • Flore intestinale

La flore bactérienne de l’intestin, appelée microbiote, est essentielle à la santé de cet organe. Différentes souches bactériennes sont en présence selon les individus et peuvent aussi varier chez les personnes atteintes du syndrome du côlon irritable (ou syndrome de l’intestin irritable). Les bactéries intestinales jouent vraisemblablement un rôle dans cette pathologie à 3 niveaux : dans la sensibilité et la motricité de l’intestin, et dans la fermentation avec une production de gaz intestinaux.

 

  1. Syndrome du côlon irritable, comment y remédier ?

 

Plusieurs conseils peuvent être utiles pour traiter le syndrome du côlon irritable :

côlon irritable

  • Prendre le temps de manger : il est recommandé prendre ses repas à heures régulières et dans le calme. C’est de nos jours de plus en plus compliqué. Il est aussi important de bien mastiquer les aliments. On peut aussi essayer de fractionner les apports alimentaires.
  • Eviter les régimes d’éviction : il faut avoir une alimentation la plus variée possible. L’éviction de tel ou tel famille d’aliments n’améliore pas les symptômes. Un régime riche en fibres peut avoir un intérêt sur la constipation mais pourra augmenter les ballonnements parfois gênants. Actuellement, il est démontré qu’un régime pauvre en FODMAP (glucides à chaîne courte) peut améliorer les douleurs, les ballonnements et le transit. Toutefois, on ne connaît pas les effets à long terme de ce régime pauvre en FODMAP sur l’intestin irritable et sur la santé en général.Le régime excluant le blé ou le gluten n’a pas apporté de preuve d’amélioration sur le syndrome de l’intestin irritable.
  • Avoir une alimentation variée et équilibrée
  • Consommer des légumes et des fruits : en général, il est recommandé de consommer des légumes cuits à l’un des 2 repas principaux et de manger 2 fruits par jour
  • Boire suffisamment d’eau, en le faisant de manière fractionnée et repartie dans la journée : il faut consommer 1,5 litre par jour pendant et entre les repas
  • Pratiquer une activité physique régulièrement : pour faciliter le transit intestinal et évacuer les tensions que l’on peut accumuler, il est important d’avoir une activité physique et de le faire surtout de manière régulière. Il peut d’agir d’une activité douce comme la marche à pied ou d’autres sports plus toniques. L’important est d’effectuer au minimum 20 min de marche par jour ou de faire une activité sportive plusieurs fois par semaine.
  • Ne pas se focaliser sur le fait d’aller à la selle chaque jour est quelque chose d’important. S’il n’y a pas de selles pendant quelques jours, mieux vaut le prendre avec philosophie. En appliquant les conseils ci-dessus, le transit reprend le plus souvent.
  • Les probiotiques contenus dans certains yaourts peuvent améliorer parfois les ballonnements.

 

 

Une neuvième astuce consiste à avoir une approche psychologique:

En effet, les aides psychologiques semblent pouvoir apporter une aide supplémentaire aux patients en plus des conseils que l’on vient de voir. Le mental, le stress, la gestion des émotions ont toute leur importance dans cette pathologie.

Les exercices de relaxation, l’hypnose, la méditation, les psychothérapies sont autant d’aides possibles pour améliorer les symptômes du syndrome du côlon irritable.

 

 

Le syndrome du côlon irritable concerne des millions de consultations médicales par an en France, Canada, Suisse, et partout dans le monde.

Tous ces conseils pourront vous aider à faire face avec des astuces « sans médicament » qui vous engagent activement dans votre guérison.

 

N’oubliez pas que le syndrome de l’intestin irritable est un diagnostic qui doit être fait par votre médecin. Cela vous évitera de faire des choix alimentaires alors qu’il n’y en a pas besoin.

Toutefois, concernant l’hydratation, l’activité physique régulière, l’alimentation variée et équilibrée sont à adopter dans votre quotidien. Votre hygiène de vie influence toute votre santé et pas seulement celle de votre intestin !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *